Page 250

238

VICTOR HUGHES

tueuse, ayant enlevé à l'ennemi, entre autres captures, une certaine quantité de petits barils pleins d'or, parmi lesquels figuraient notamment des barils de « moëdes ». La « moëde » 1 était une pièce d'or portugaise à l'effigie de Jean V, Joseph Ier, Marie et Pierre III, de face et au revers aux armes de Portugal. Elle était très commune alors aux Antilles et valait 45 francs. Les monnaies ayant alors cours dans la colonie étaient les suivantes : Pièces d'or

Fr. c

liv. col. sous dem.

Louis de 48livres tournois. . .

47. 43

87. 15. 0

. . .

23. 71

43. 17. 6

La pièce d'or de 40 francs . . .

40. 00

74.

0. 0

20. 00

37.

0. 0

86. 49

160.

0. 0

45. 00

83.

5. 0

26.76

49. 10. 0

de24

de 20 francs . . .

La Moëde de 3 gros 54 grains. .

Pièces d'argent L'écu de 6 livres tournois . . .

5. 80

10. 15. 0

. . .

2. 90

5.

7. 6

La piastre, dite gourde entière .

5. 41

10.

0. 0

4. 86

9.

0. 0

de 3

1. Du portugais «mœda », monnaie.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement