Page 247

Nous voici donc en guerre avec les ÉtatsUnis d'Amérique. On a peine à croire qu'une petite île, comme la Guadeloupe, a pu si glorieusement se mesurer avec la toute puissante Angleterre, devenue maîtresse de la mer, et, de plus, déclarer la guerre à un autre colosse, les États-Unis, qui avaient si vite oublié qu'ils n'étaient devenus nation que par l'épée du Roi de France et de ses gentilshommes. Cette lutte était d'autant plus extraordinaire qu'elle se poursuivait entre les petits navires corsaires et les puissants vaisseaux anglais et américains, et ce sont les premiers qui avaient l'avantage. 11 fallait aux équipages qui montaient ces petits navires un rare courage pour mener à bien leurs expéditions. L'appât d'un riche butin excitait ces marins et leur faisait déployer une audace extraordinaire. Ils devaient à la longue s'épuiser et s'ensevelir dans leur triomphe. La liste complète de ces corsaires a disparu de nos archives. Certains noms, les plus glorieux, sont néanmoins restés :

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement