Page 244

232

VICTOR

HUGHES

mes, 21 sont faits prisonniers. Un soldat qui avait échappé au massacre vint apprendre l'horrible nouvelle à de Saint-Pierre. Cette perfidie excita la plus vive indignation et, pour punir cet acte de lâcheté, un corps de 900 hommes marcha contre l'ennemi, sous les ordres du capitaine Villiers, frère de Jumonville. Le 8 juillet 1754, les Français surprirent Washington qui dirigeait les travaux du fort et se précipitèrent à l'assaut. Après dix heures de lutte acharnée, le meurtrier de Jumonville capitula. Ayant obtenu de la grande âme de Villiers des conditions honorables, il se retira avec armes et bagages. Le crime de Great Meadows, utile à la politique de l'Angleterre, ne fut jamais désavoué par le cabinet' de Londres, mais les Canadiens français le gardent toujours vivant dans leurs cœurs et le rappellent dans leurs « veillées ». Le meurtre de Jumonville fut l'étincelle qui mit le feu aux poudres. Des deux côtés on se prépara à une lutte à outrance. En février 1755, le Commodore anglais Keppel débarquait en Virginie deux régiments de troupes de ligne et le général Braddock est nommé commandant en chef des forces royales et coloniales. Le 10 juin, sa petite armée, composée de 2 000 hommes, quittait le fort Cumber

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement