Page 243

LES

CORSAIRES

DE

LA

GUADELOUPE

231

de la milice de Virginie, qui fut chargé de cette délicate mission. La route à parcourir était longue (400 milles de Williamsburg à Venango), le pays désert et en partie occupé par des Indiens alliés aux Français. Washington partit le 31 octobre et, son cheval étant mort en route, arriva à pied le 16 décembre. Il fut accueilli avec une noble courtoisie par le gentilhomme français, remit sa missive et attendit la réponse. Le 18 décembre il repartait et un mois après était à Williamsburg et rendait compte de sa mission au Gouverneur de la Virginie. La réponse était catégorique. De SaintPierre refusait d'évacuer les forts. Robert Dinwidie décida immédiatement l'envoi d'un régiment dont Fry fut nommé colonel et Washington, lieutenant colonel. De Saint-Pierre, en apprenant la venue de Washington, lui envoya, le 24 mai 1754, en parlementaire, avec une escorte de trente hommes, un jeune et brillant officier, de Jumonville, plein de mérites et d'avenir, avec mission de protester contre cet envahissement de territoire et l'inviter à rentrer dans les limites des possessions britanniques. La rencontre eut lieu le 28 mai 1754, à Great Meadows. De Jumonville avançait à la tête de son escorte lorsqu'il fut reçu par une vive fusillade. Il est tué, ainsi que huit hom-

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement