Page 24

18

VICTOR

HUGHES

duits qui n'étaient pas encore concurrencés dans la Métropole ne suffisaient pas à la consommation et assuraient la prospérité du commerce. Sous prétexte de maintenir l'équilibre européen, l'Angleterre, sous le règne de Louis XV, nous avait déclaré la guerre à deux reprises. Dans la première de ces guerres, les colons des Antilles avaient réussi à repousser toutes les attaques de leurs ennemis héréditaires et la paix d'Aix-la-Chapelle (1748) nous avait confirmé dans la possession de nos Antilles; dans la seconde, nous avions été moins heureux et la Guadeloupe, la Dominique, la Martinique et les autres possessions antillaises avaient succombé sous les forces accablantes de l'ennemi. La paix désastreuse de Paris (1763) nous avait rendu la Guadeloupe, la Martinique, Sainte-Lucie, et SaintMartin mais les Anglais avaient conservé la Dominique qui,en temps de guerre,intercepte les communications entre la Guadeloupe et la Martinique. La guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique fut une revanche, mais nous eûmes le malheur de perdre la bataille des Saintes (12 avril 1782) où le comte de Grasse se fit battre par Rodney et perdit 5 vaisseaux, 6 de leurs capitaines et 3.000 hommes. L'Angleterre restait maîtresse de la mer.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement