Page 233

LES CORSAIRES DE LA GUADELOUPE

223

navires, bien entendu avec de gros bénéfices. Dans une lettre violente adressée précédemment au ministre de la Marine et des Colonies, le 21 thermidor An IV (8 août 1796) il s'était efforcé de faire partager ses sentiments d'animosité contre cette nation : « Les liens d'amitié et de reconnaissance envers la nation française sont totalement rompus par le Gouvernement Américain. Il ne s'est pas contenté de recevoir la loi de l'Angleterre, en faisant un traité honteux avec cette nation; il vient de la seconder d'une manière puissante en lui fournissant des bâtiments, des vivres, des chevaux et des hommes. Ce qui ne vous aura pas échappé, plus qu'à nous, Citoyen Ministre, ce sont les circonstances où cet acte a été passé : c'est dans le moment où l'Angleterre faisait un effort sans égal pour s'emparer de toutes les colonies françaises. Voici le subterfuge dont les Américains ont usé pour armer et alimenter l'escadre et l'armée anglaises. Plus de 50 bâtiments ont été achetés, par des négociants anglais aux États-Unis, ils ont été armés sous le pavillon de cette nation, avec des équipages plus considérables qu'à l'ordinaire. Ces bâtiments étaient expédiés pour la Martinique et la Barbade. A leur arrivée dans ces forts, le

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement