Page 214

204

VICTOR

HUGHES

de troupes depuis la conquête de la Guadeloupe par Hughes, tant dans les combats que par suite de la fièvre jaune et leurs colonies de la Grenade et de Saint-Vincent avaient été complètement ravagées. Exaspéré par ces attaques continues, le cabinet de Londres décida une expédition de grande envergure, sous les ordres de l'amiral sir Hugh Christian, qui mit son pavillon sur le Prince Georges, de 98 canons et, escorté d'une flotte imposante de plus de 200 voiles, prit la mer le 18 novembre. Assailli par une violente tempête durant laquelle plusieurs navires furent perdus et d'autres jetés à la côte, le convoi dut rallier Spithead et ne repartit que le 9 décembre, l'amiral Christian ayant transféré son pavillon sur le Glory, de 78 canons. Jouant de malheur, une nouvelle tempête le força à rentrer au port avec le Glory et cinq autres vaisseaux de ligne. Il ne pût reprendre la mer que le 17 février, cette fois sur le Thunderer, de 74 canons. Il arriva à la Barbade où l'attendait le général sir Ralph Abercromby, à la fin du mois d'avril. Deux des navires de la flotte de transports qui avaient continué leur route pour les Antilles furent capturés par les Corsaires de Hughes et amenés à la Pointe-à-Pitre. Nous allons voir comment Hughes répondit à cette menace.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement