Page 203

LA GUADELOUPE SOUS VICTOR HUGHES

193

Anglais, notre activité, notre sollicitude pour les détruire et venger la République. Nous pensons que vous devriés vous hâter d'attaquer ces coquins; ils attendent quelques petits secours et vous devés bien voir qu'ils les jetteront à Sainte-Lucie de préférence. Harcelés-les bien et ensuite somméz-les de se rendre avant les attaques;offrés-leur d'évacuer en laissant leurs armes et de se retirer. Sainte-Lucie à nous, toutes les îles qui l'environnent tombent. C'est le point principal. » Le 4 floréal, Goyrand décide d'attaquer les Anglais. 700 hommes sont mis hors de combat et le reste va s'enfermer dans le fort du Morne Fortuné qui est pompeusement surnommé le « Gibraltar des Antilles ». Hughes, avisé de ce succès, comprend que le moment est décisif. Il adresse des félicitations à Goyrand et lui annonce l'envoi de deux navires, La Fidèle et La Liberté, avec 2 obusiers 150 obus, 2 bombardiers, 2 pièces d'artillerie et 100 coups à tirer par pièces, plus 10 barils de poudre de cent livres. Quelques jours plus tard, arrivent de nouveaux renforts : le 17 floréal, la corvette Le Prend-Tout et le balaou Le Curtius, avec 100 hommes du bataillon des Antilles et 150 fusils; le 22 floréal, La Liberté et la Bellone avec 150 hommes, 15.000 cartouches et 600 livres de poudre; le 24 floréal, le Curtius VICTOR HUGHES

13

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement