Page 196

186

VICTOR

HUGHES

part de sa détermination et réclamer des renforts en hommes, en argent, en munitions. Cette mission parvient à traverser la ligne de blocus établie par l'amiral anglais dont les navires coupaient toute communication avec la Guadeloupe. Il demande, en même temps, l'envoi de deux commissaires pour remplacer Chrétien, mort comme nous l'avons vu le lendemain de la prise du fort Fleur d'Epée, et il propose au Comité de Salut Public les citoyens Goyrand et Lebas, « deux bons jacobins », dont il connaissait les capacités et « qu'il avait vus à l'œuvre, à ses côtés, à Rochefort ». La lecture du rapport de Hughes, en date du 26 frimaire, avait déjà répandu la joie dans la Convention; l'Assemblée, le 3 vendémiaire, après avoir approuvé tous les actes de son délégué aux Antilles et confirmé au capitaine de vaisseau de Leissègues le grade de contre-amiral, décide l'envoi d'une division navale qui quitte Brest le 27 brumaire (17 novembre), avec des troupes, des armes, des munitions, sous le commandement du capitaine de vaisseau Duchêne. Sur la proposition de Bréard, chargé des affaires coloniales, ancien représentant du peuple à Brest, où il avait fort bien connu et apprécié Victor Hughes, deux nouveaux commissaires sont aussi désignés : Goyrand

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement