Page 18

12

VICTOR HUGHES

code de morale. « La gloire efface tout,même le crime »! Le mot « liberté » signifia dans sa bouche « obéissance ou la mort ». Et certes il n'hésita pas à envoyer de nombreuses victimes à la guillotine. « La raison n'est séparée de la démence que par l'épaisseur d'un cheveu », a dit Bourdon de l'Oise. Froid, implacable, il commande et tous doivent obéir. Avec lui pas de discussion. Il tenait de la Convention des pouvoirs illimités. La puissance accordée aux Commissaires du peuple était formidable, sans limites, les décisions sans appel, le pouvoir plus grand que celui d'un dictateur. Il condamna à mort sans merci, sans jugement et fut le maître absolu de l'île que le Comité du Salut Public lui avait donné la mission de conserver contre la rapacité des Anglais. Il fut l'émule de Robespierre, le pur, l'incorruptible, l'inébranlable, l'inaccessible; de Fouché, le traître, le parjure; de Danton qui présida aux massacres dans les prisons en septembre 1792 et créa le Tribunal Révolutionnaire; de Brissot, de Desmoulins, de Marat, de Colot d'Harbois. Les commissaires nationaux, délégués par la Convention, n'étaient certes pas des « demoiselles », comme l'a dit Danton. Certains, comme Delacroix, un ancien gendarme qui

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement