Page 179

HUGHES

REPREND

LA

GUADELOUPE

169

Sur le Cours Nolivos, en face de la guillotine qui y demeure en permanence, Hughes fait planter un arbre de la Liberté. La municipalité, convoquée à cette cérémonie a le malheur d'y arriver trop tard, il fait arrêter et conduire en prison tout le conseil, maire en tête. Le maire s'appelait M. Vatable. Après la cérémonie, il harangue ses troupes victorieuses et proclame que « les cendres du « goddam anglais », jetées la veille à la voirie serviront d'encens à la gloire des couleurs françaises. » Conseil, un vulgaire marin, homme sans principes, sans mœurs, qui avait été jadis son camarade d'équipage dans les voyages à Saint-Domingue et au Mexique, et auquel Hughes avait donné le commandement d'une canonnière durant le siège de la Pointe-àPitre et fait par lui lieutenant de vaisseau après le siège, est nommé président du tribunal militaire ambulant. Le municipal Baudrais, l'ancien membre de la Commune du 10 août, celui qui avait mis son nom au bas du testament de Louis XVI, est fait Procurateur. Ces deux scélérats vont circuler dans la colonie avec une guillotine et feront décapiter dans les communes tous les « suspects ». Ils frappent et menacent toutes les têtes. Un grand nombre de personnes sont exécutées sur simple dénonciation.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement