Page 161

HUGHES

REPREND

LA

GUADELOUPE

151

gasins, les batteries, brûlé les affûts et cassé les tourillons d'un grand nombre de pièces, pour s'enfermer dans le fort Saint-Charles, avec 860 hommes. Prescott refuse d'y laisser entrer un seul émigré royaliste. Le 15 octobre, à midi, Pélardy arrive devant ce fort et dresse son camp sur l'habitation Vermont. Il commence aussitôt à préparer les travaux de siège. Il trouve dans les batteries abandonnées quelques mortiers laissés par les Anglais et dans les falaises quelques canons en état. A force de bras on remonte ces derniers en attendant l'artillerie et les munitions qui doivent arriver de la Pointe-à-Pitre. Le 20 octobre, des affûts ayant été construits en bois dur, Pélardy peut faire tirer deux pièces de 18 établies à Delisle, sur l'habitation Fanchon, et le lendemain deux autres pièces de 24 et un mortier établis au Houelmont, sur un morne voisin de Bisdary. Le 24 octobre, Pélardy surmené, tombe malade. Il est remplacé par le général Boudet, guéri de ses blessures. Celui-ci continue à pousser les travaux avec activité. Le 5 novembre, Pélardy reprend son commandement mais la pénurie de munitions ne lui permet pas d'entreprendre un assaut. Le 10 décembre, il reçoit de la Pointeà-Pitre, 4.500 livres de poudre avec des bou-

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement