Page 107

DÉLÉGUÉ

DE LA CONVENTION

101

Saint-Domingue, au Mexique, d'abord comme mousse, matelot puis capitaine. Il finit par se fixer à Saint-Domingue, y créa des minoteries et acquit une certaine notoriété, puisque nous l'avons vu membre d'une grande loge maçonnique et qu'il fut nommé membre de l'Assemblée provinciale de l'Ouest. Il amassa une belle fortune qu'il perdit dans l'incendie et les troublés qui désolèrent l'île, les 4 mars et 22 août 1791, à la suite de la révolte des nègres. Saint-Domingue connut alors les plus grandes horreurs et Hughes n'oublia jamais ces événements. Son frère, qui était son associé, fut massacré dans la fatale journée du 22 août 1791 1, durant laquelle les nègres égorgèrent leurs maîtres, incendièrent les propriétés et ravagèrent le pays, comme plus tard à la Guadeloupe. Découragé, ayant échappé miraculeusement à la mort, totalement ruiné, Victor Hughes rentra en France et débarqua à Nantes, en octobre 1792. La Révolution battait son plein. Sans le sou, il fréquenta les clubs, intrigua dans les loges et participa à toutes les manifestations révolutionnaires. 1. Le colonel Mauduit y périt aussi.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement