Page 105

DÉLÉGUÉ

DE

LA

CONVENTION

99

Condorcet, Théroigne de Méricourt, Charlotte Corday. Il vit le jour dans l'obscure boutique d'un boulanger. Son acte de naissance porte « de légitime mariage de feu Jean François Hughes et de dame Gaudrin ». Il était petit de taille, le buste trop grand pour les jambes courtes et grêles; le visage grêlé par la petite vérole 2; ses mains, rarement propres, étaient grosses, mal emmanchées au bout de bras trop longs. Il avait les manières brusques, la démarche saccadée, la voix très claire, portant bien, avec un accent provençal fortement prononcé mais qui grinçait terriblement lorsqu'il était en colère. Le son ne montait pas alors des entrailles mais venait de la tête et était aigu, agaçant. Il avait la parole facile, le verbe abondant. Etant de Marseille, il ne pouvait en être autrement. Jamais il ne regardait en face, ce n'est que par hasard que l'on rencontrait ses petits yeux gris, brillant d'un sombre éclat sous une arcade sourcillière développée. Rare et pâle, sa chevelure tombait en mèches plates et laissait voir un crâne dénudé par plaques. Nerveux, fait pour l'action, il s'échappait de sa personne un fluide fauve et répulsif 2. Mirabeau,

Camille

Desmoulins

et

Robespierre

portaient aussi les marques de cette maladie, très commune à l'époque.

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Grandes figures coloniales I : Victor Hughes, le conventionnel  

Auteur : Georges comte de Sainte-Croix de la Roncière / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la docume...

Profile for scduag
Advertisement