Page 84

Grammaire

50

Pere, dis luy : ces propositions la seraient mal sonnantes en nostre idiome, mais non pas en leur langue. Il finit exprimer la particule pour, mise en françois deuant l'infinitif par la preposition oüàgo, comme cal'oüágo ènlibou yetè, pourquoy es tu icy, loüàgo na95.

tiacani, i'y suis pour pescher, ou pour la pesche, noter que c'est un nom qui suit en la réponse. Elle s'exprime encore par ces dictions mhem, hára, comme cále mhem, ou càte bàra : pourquoy faire? auec vn nom, on répond naboulctouni-nienhem, ou naboulélouni-bára, pour écrire, on répond encore par vn infinitif auec vn composé de náne & bàra, comme aboulelaca-nànibarà, ce qui se dit en françois par vn indicatif, pour que i'écriue, & mieux en latin, vt scribam, par vn subionctif auec vt. L'interrogatif cal, ne change point, & semble plus aduerbe que nom, & partant il ne faut pas dire qu'il s'accorde en cas auec le réponsif, mais si on vous interroge auec vn nom, vous répondez par vn nom, comme cat'aleca tóra ? qui a fait cela ? nàteca-kia, c'est moy : si par vn verbe, vous répondez par vn verbe, comme cat atecayénli ? qui l'a fait ? likia atecayénli, c'est luy qui l'a fait, càle barikiem, que regarde tu, narikièm-kia lika, ie regarde cela, voila la concordance de la demande & de la réponse. Le mot oróman fait vne grande peine, & s'explique diuersement, i'en auanceray icy plusieurs propositions afin d'en faire comprendre la difficulté, comme toróman lilibouléme-óka, à cause de la puanteur : maróman nôméli, ie n'en suis pas cause, cále mhem coüatic noróman, qu'en ferois-ie? couráali boróman, l'as tu fait boire, faire est sa plus vsitée signification, mais si chi peut auoir place deuant le verbe, on n'a que faire d'oróman, comme chilimain loa, il l'a fait enyurer, les femmes disent nilimainkêla lóa, & parce que couraátina ne souffre point chi deuant soy, on adjouste couraáli loróman, & en ce cas, il signifie autant que

courákêla lóa, ou chilimain lóa, il l'a fait boire, il l'a enyuré.

Ce mot concourt à l'action signifiée par le verbe ou le nom qui se trouue en la proposition, comme catába tébeci-cléem lorómalam, combien le veut-il vendre, takèchinti kiére loróman kierougánti, il fait croistre le magnoc, cali-louba clée boróman, que luy veux-tu dire, caliliaré boróman, que te veut-il dire, àcae bouróman, ou l'as-tu mise, càle-yéurou bouréman, qu'en as-tu fait, macouyónnêtina hámouca nharóman àtagnem màin hámouca, ils ne me feraient pas retourner s'ils viuoient en paix. Acan tourómba bouróman nóari, donne moy vne trompe, chiboüikênoúmain boàllica loróman, aye soing de luy, binale cakálibou toüàgo acae calou maoüemboüeloni keirou boróman, tu as esté long temps après, & si tu ne l'as pas encore acheué. D'autrefois oróman signifie par, comme aconáhali lòroman lòna, il a peri par eau, nibacai nanibara boróman, afin que ie sois sauué par ton moyen, nilicae áo

Grammaire Caraïbe suivie du Catéchisme caraïbe  

Auteur : Raymond Breton, L. Adam, Ch. Leclerc / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Grammaire Caraïbe suivie du Catéchisme caraïbe  

Auteur : Raymond Breton, L. Adam, Ch. Leclerc / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Profile for scduag
Advertisement