Page 54

Grammaire

20 P. 41.

Le verbe substantif ne se met si l'on ne veut, ny deuant, ny après le démonstratif, en interrogeant ; ny mesme en répondant : Car si on demande,

likia-

likia ? est-ce celuy la ? vous répondez, likia çaga, ouy, c'est celuy la. Le démonstratif, ce, se construit auec la terminaison de l'imparfait. Car on demande, likia-likià-bouca? estoit-ce celuy-cy? & on répond; oüa likirà-bouca arôcota nómptibouca bóne, non pas, c'est celuy que ie t'auois montré. Çaga, épouse la mesme terminaison, & les trois personnes ; & se prend assez souuèt pour le neutral, ce, il se construit auec le verbe estre auec tous genres & nombre. Qu'ainsi ne soit, on dit : çagana, çagabou, çàgae, çaganum, çàgacoüa, çágaheu, çàgagnem, c'est moy, c'est toy, &c. Mettez par exemple, aró cota, deuant toutes ces personnes ; cela signifiera, c'est moy qui montre, c'est toy, c'est luy, &c. Si deuant ce mot vous mettez le démonstratif; çaga demeurera par tout sans construction, ny personne : & le verbe sera par tout en la troisième personne, comme ào çaga arocotienli bône, c'est moy qui te I'ay montré, amanlé çaga, c'est toy.

Des Pronoms possessifs. En parlant des noms, ces pronoms y ont estez proposez : & il n'y a rien à adjouster à ce qui en a esté dit. P. 42.

Ie

na

' y point trouué de pronoms possessif absolus, comme au françois; mais

ordinairement on répète l'antécédent. Car si on interroge vn Sauuage, & qu'on luy demande, cat'ichictaheu lóra, à qui est le chapeau : il ne dira pas, c'est le mien : mais il répétera l'antécédent & dira, nichikètaheu kia, c'est mon chapeau. On dira bien, náni kia, il est à moy ; pourueu qu'on vous demande, cal'ani lóra, à qui est cela ?

Des Relatifs, il, luy, & elle. Ces relatifs sont aisez à construire, l'vsage en a esté montré, en parlant des pronoms personnels. En voicy toutefois d'autres exemples. Pourquoy ne me fierois-jc pas à luy, puisqu'il est mon amy, moingallèpa loùbali nóne nilignaon abatàe, l'e, d'abàtae, signifie il : ie l'ayme, car il est bon, liboüinati nône, iropon lanèguê, l'l de lanêgue, signifie il, & contient virtuellement, est. Mon seruiteur est diligent, aussi est mon esclaue, c'est pourquoy ie me fie bien à luy, & à elle aussi : relégueti naboùyou, tokôya-kiaya hàï moingattè noubali lône, tôni-kiâya : lône & tôni signifient à luy, & à elle. Iceluy & icelle s'expriment en Caraïbe par les mesmes mots que luy, & elle ; sçauoir, libônam & lône, ou libónam & lône. le vous ay parlé de Dieu, fiez vous en luy, kariàngle ànichilina loüàgo Icheiri moingallé-hôman lóne : elle est ma con-

Grammaire Caraïbe suivie du Catéchisme caraïbe  

Auteur : Raymond Breton, L. Adam, Ch. Leclerc / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Grammaire Caraïbe suivie du Catéchisme caraïbe  

Auteur : Raymond Breton, L. Adam, Ch. Leclerc / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Profile for scduag
Advertisement