Page 52

Grammaire

18

Na, bou, &c. ne sont pas seulement pronoms personnels, mais assez souuent _____ ce sont particules réciproques. Cela se connoist, lorsque le verbe, ou le nom P. 37.

commencent par vn pronom possessif, & finissët par les susdites particules : côme lacayènracoyèntina, il me fasche, où il se fasche contre moy, balipfeli

ronina,

lapa-

il me frappe rudement : l, qui commence le verbe & le nom, signifie,

il, qui est pronom personnel : & na à la fin de l'vn & de l'autre, signifie, me, qui est vne particule réciproque. Elle n'est pas moins personnelle pour cela, & conjonctiue, aussi bien que me, te, le, & la en françois : Et ainsi on ne les sépare ny des verbes, ny des noms, du commencement, ny de la fin, si on ne veut. Quand à ceux cy qui se mettent en phrases françoises interrogatiues ; ou qui accordent, & concèdent, ou qui sont comme petites parentheses, en françois, ils suiuent : mais en Caraïbe, ils deuancent. Les premiers disent, que fais-ie, aussi ferai-ie, ce disent-ils : les Caraïbes disent, cati-niem ? noùba-caga, likianekay. Enfin les personnels qu'on a accoustumé de mettre deuant les verbes, s'y mettent tousiours dans les temps presents, imparfaits & futurs actifs. (Les exemples immédiatement auparauant allégués, le iustifient : ) & ceux qu'on a accoustumé de mettre à la fin, s'y retrouuent tousiours : comme mári hen nomptibou, ie ne t'ay pas veu : de mesme aux impératifs, côme chenotei-banna laisse moy, fussent-ils négatifs, comme, innoùlapabaoüa, ne nous quitte pas. P. 38.

Les pronoms qui se prennent absolument, peuuent estre appelez absolus. Ils se construisent deuant le verbe qui a précédé au lieu qu'en françois ils se côstruisent après le verbe substantif. Car le Caraïbe, à cette proposition, cat'atekiènli lika? qui a fait cela? répond áo atèkiènli, moy I'ay fait, tout au rebours du François qui diroit c'est moy. Si vous interrogez auec vn nom : comme cat'ateca lika? de qui est cét ouurage : répondant auec le nom, vous répondez auec vn possessif, qui estant tel, consequêment est aussi personnel & deuance le nom, lateca-kia, c'est son ouurage. Les constructions des pronoms qui ne sont pas conjonctifs sont faciles. Ordinairement ils suiuent les verbes : comme, allocoúra homan ouahone donnez nous, (none arabou, en as tu a moy ? en est excepté :) dans les phrases negatiues ils suiuent, comme ès affirmatiues, au rebours du françois, michigoni coüaca hohàtlicayè ouahone, ne nous en donnez point du tout. Le mesme arriue quand la construction s'en fait au datif : comme, nemboüiátina tibonam, ou chileàlina tone, ie suis venu à elle, ariaugàali lóne, il m'a parlé, ou il a parlé à moy. Le personnel absolu se met après vn participe, au lieu qu'en françois il marche deuant : comme, némboui likia, luy venu, chile lokoya, naikeba tokoyala, elle venuë, ie mangeray, dit-elle. On n'obmet point, non plus qu'en françois, de pronoms personnels. Car

Grammaire Caraïbe suivie du Catéchisme caraïbe  

Auteur : Raymond Breton, L. Adam, Ch. Leclerc / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Grammaire Caraïbe suivie du Catéchisme caraïbe  

Auteur : Raymond Breton, L. Adam, Ch. Leclerc / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Profile for scduag
Advertisement