Page 38

Grammaire

4

Quoy que ce troisième se prononce quelque peu autrement que le second, ie les ay pourtant marqué tous deux d'vn circonflexe, n'ayant rien trouué pour les distinguer entre eux.

Des Consonnantes. I, est tousiours voyelle chez les Caraïbes, & 1'i consonnante chés eux se change en ch, d'où vient qu'au lieu de dire lefus, ils difent Chéfus. Ie n'ay trouué qu'un mot où deux, où l'u soit consonnante, choüiveté en est l'vn. I'ay trouué si peu de d, dans l'idiome Caraïbe que i'ay iugé à propos de ne luy point donner rang dans l'alphabet Caraïbe, non plus qu'à l'x, & au Il se pourra faire qu'on en trouuera, à mesure qu'on auancera en la conP. II.

noissance de cette langue; où que les Caraïbes emprunteront ces lettres auec nos mots. F, est aussi fort rare chez les Sauuages. Ils glissent un p devant, & le prononcent & distinguent de 1'f, quoy qu'ils ne multiplient pas la syllabe; comme pfoùbaè, souffle le, napfoùragoyénli, ie le souffle, mesme quand ils vsent de nos mots françois, car ils disent, pfrance, pfi. H, s'aspire plus ou moins suiuant la diuersité des mots, han-han, pour dire ouy, se tire quelquefois de bien loing. Le Q, n'est pas bien fréquent : neantmoins on s'en peut seruir dans quelques rencontres : i'aurois bien souhaitté de m'en pouuoir passer au Catéchisme, mais la nécessité n'a point de loy, on ne pouuoit fournir au K. Le K, est fort vsité parmy les Caraïbes Insulaires. Quand il est suiui d'vn a, d'vn o, où d'vn

U,

il peut estre suppléé par vn c : mais lors qu'il est suiui

d'vn e, ou d'un i, cela ne se peut : comme on le voit ès exemples suiuans, kêkeoüe, boüekê, donne moy un hameçon, kichigati, il donne volontiers. Il y a des Sauuages qui parlent si fort entre leurs dents, & d'autres qui parlent tant du nez ; qu'on a bien de la peine à les entendre, i'entendois tousiours mieux les François qui parloient Caraïbe, que les Caraïbes mesmes, à la reserue pourtant du Sieur lean Gardin, qui pour auoir esté enleué par eux P.

12.

lors qu'il estoit encore ieune, & detenu long temps sans auoir cõmunication auec les François, les imite de plus pres. Où les Caraïbes de terre ferme disent p, et r, ceux des Isles les changent souuent en b, & I. Les premiers disent bànare, les derniers ibaoüanale, où les Espagnols disent, la plâta, argent, & les François, du plessi, les Insulaires disent laboulàta, du boulèssi. Ils plient la langue contre le palais, puis la laissent aller, en prononçant l'I, cela fait qu'il semble qu'ils en prononcent deux, particulieremêt quand ils disent amànle, toy.

Grammaire Caraïbe suivie du Catéchisme caraïbe  

Auteur : Raymond Breton, L. Adam, Ch. Leclerc / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Grammaire Caraïbe suivie du Catéchisme caraïbe  

Auteur : Raymond Breton, L. Adam, Ch. Leclerc / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation...

Profile for scduag
Advertisement