Page 9

— 7 — lever les équipages qu'en novembre : tous les marins de Dunkerque se sont déjà envolés sur les corsaires ; il faut aller en recruter en Normandie. A Honfleur, Pierre Delattre engage un jeune pilote, Jean Doublet, qui lui voua dès lors une solide affection l. Cette division de course croise deux mois ; elle ne rapporte que 6.600 livres de rançon pour les trois frégates que le gros temps a séparées du Palmier. Jean Omaer affirme que si les conseils de Delattre avaient été mieux écoutés, la croisière eût été autrement fructueuse. En avril, l'escadrille remet en mer ; d'autres corsaires d'Omaer tantôt s'y joignent, tantôt s'en écartent, suivant leur coutume, au gré des circonstances et de leur fantaisie. Pierre Delattre se signale au cours des combats et des captures qui marquent les deux croisières de Panetié. Un moment séparé de l'escadre, mais en compagnie du corsaire Michel Mesmacker, il opère une rafle des pêcheurs hollandais qui s'adonnaient à leur pêche sur les bancs de la mer du Nord, et particulièrement devant Yarmouth. Tel est le passé de ce capitaine lorsque la paix est signée. Comme la plupart des corsaires, il navigue alors au long cours. Mais cette navigation ne change guère leurs habitudes ; barbaresques et forbans sillonnent toujours les mers, et la commission délivrée à Pierre Delattre en 1688 s'intitule plus justement « en guerre » qu' « en marchandises ». L'Adroit est placé directement sous ses ordres, et l'Effrontée sous ceux

1. Charles Bréard, Journal du corsaire Jean Doublet. Paris, 1887, in-8. Il y est fréquemment question des rapports entre Delattre et Doublet.

Episodes de navigation aux antilles  

Auteur. Malo, H. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et...

Episodes de navigation aux antilles  

Auteur. Malo, H. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et...

Profile for scduag
Advertisement