Page 98

80

D E

L A

F I È V R E

J A U N E .

de Surinam, imprimé en 1 7 6 4 ( 1 ) , Philippe Fermin décrit sous le nom de causus ou fièvre ardente, et sous celui de fièvre putride et maligne, le plus haut et le moindre degré d'intensité de la fièvre jaune, qui dans ce pays n'avait point encore d'appellation spéciale ; il la signale par les symptômes suivans qui sont certainement caractéristiques : chaleur excessive , soif brûlante et inextinguible, langue noire et brûlée, douleur de tête et d'estomac, épuisement des forces , anxiété , insomnie , convulsions, délire ou coma, pouls faible et fréquent, humeurs acres et bilieuses qui dessèchent et brûlent les vaisseaux, vomisscmens opiniâtres de matières noirâtres, taches noirâtres ou pourprées, répandues sur tout le corps. — Mort le troisième , le septième ou le quatorzième jour ; les malades qui vont jusqu'au vingtième , échappent ordinairement au danger , mais ils sont loin pourtant de leur rétablissement, dont la lenteur est toujours très-grande. Il suffisait au médecin Bajon, pour se convaincre de son erreur, de lire avec plus d'attention l'ouvrage de Thibault de Chauvalon, qu'il cite plusieurs fois dans ses mémoires. Ce voyageur qui habitait la Martinique en 1 7 6 1 , parle de l'effusion du sang par les pores, comme d'une circonstance rare et même il ne parait pas qu'il en eut été témoin. « Le carac(1) Philippe Fermin , Traité des Maladies les plus fréquentes à Surinam. Maëstricht, 1764; un vol. in-12.

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement