Page 90

72

DE

LA

F I È V R E

J A U N E .

qualité des farines apportées d'Europe, aux eaux marécageuses que buvaient les habitans, et sur-tout aux communications des nègres nouvellement importés d'Afrique ( 1 ) . Mais dans aucun lieu de l'Amérique, on n'avait encore vu jusqu'alors ces irruptions déployer des effets aussi effrayans et meurtriers , que ceux qu'éprouvèrent les armées anglaises devant Carthagène des Indes occidentales, et devant Porto-Bello. En 1 7 2 6 , l'amiral Hosier, ayant bloqué ce dernier port avec une escadre de sept vaisseaux de guerre, une maladie contagieuse qu'il faut reconnaître pour la fièvre jaune , fit périr une partie de ses équipages et le força de revenir à la Jamaïque , où il succomba lui-même, La même maladie fit lever pareillement le siège de Carthagène ; et quand l'armée anglaise fut obligée de se rembarquer , de douze mille hommes il on était déjà mort huit mille quatre cent trente-un, et le reste comprenait non-seulement les malades, mais encore onze cent quarante soldats américains, qui avaient été presque entièrement exempts de la contagion. Dans cette irruption, la peau dos malades devenait entiè-. rement jaune; puis elle se rembrunissait,et elle prenait la couleur de la suie vers le troisième jour , époque à laquelle la mort survenait, dans une crise accompagnée d'évacuations par le haut et par le bas (2), (1) Ibid., t. 5 , p. 4. (2) B e a t s o n , Naval and military mem. of great Britain.

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement