Page 80

62

D E LA F I È V R E

JAUNE.

fut établie dans l'église du Fort royal, sous le nom sinistre de la mort ( 1 ) . L'étendue de cette calamité, excita la sollicitude de l'autorité coloniale et celle du gouvernement de la métropole. Une ordonnance du 27 août 1692 , prescrivit aux navires venant de la Martinique, de faire quarantaine à l'île d'Aix près Rochefort. En 1694. l'amirauté de Nantes défendit sous peine de mort, aux équipages et autres personnes venant des Antilles, d'entrer dans ce port avant la visite sanitaire (2). En 1697, une lettre ministérielle adressée à M. Ducasse, alors gouverneur de Saint-Domingue, lui prescrivit textuellement : D'y établir deux hôpitaux, afin que le secours des troupes qu'on lui envoyait ne fut pas rendu inutile par les maladies, dans lesquelles tombent nécessairement ceux qui ne sont point accoutumés au climat de de celte île, et qui en feraient périr la meilleure partie, si on ne se préparait à éviter ce malheur (3). » Une autre lettre ministérielle du mois d'août 1698, ordonna que : » L'on lierait faire la quarantaine aux bâtimens venant des Iles du Vent à Saint-Domingue, et dont la communication pourait renouveler le mal de Siam dans cette colonie et le faire continuer (4). » (1) Annales de la Martinique, Original de la Bulle du P a p e , vu dans les documens. des RR. P P . capucins d u Fort-Royal. (2) Moreau de Saint-Méry , Descript. de Saint-Dom. , t. 1 , p. 702. (3) I d e m , LOIX et Const.,t.l . , p . 375. (4) Idem, p . 598.

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement