Page 70

52

DE

LA

F I È V R E

J A U N E .

quoiqu'il ne fut arrivé qu'à la fin de novembre, et que l'abaissement de la température eût peut-être ralenti déjà les progrès de la contagion. En 1 6 9 6 , le capitaine Vilmot et le Colonel Lillington dirigèrent une expédition anglaise sur le cap français et le port de Paix. Après la prise de celte dernière place, ils se trouvèrent dans l'impossibilité de rien entreprendre sur Léogane et le petit Goave , à cause d'une maladie violonte et extraordinaire qui attaqua tout le monde sans distinction , et qui rendit le retour en Angleterre si difficile, qu'il fut regardé comme une espèce de miracle. Le chef de l'escadre et un grand nombre d'officiers y succombèrent ( 1 ) . L'escadre de M. de Gennes ayant mouillé à la Martinique au mois de décembre 1696 , Froger , qui montait le navire du commandant, rapporte « Qu'on y perdit 15 hommes, qui crevèrent quasi du jour au lendemain, sans avoir en mourant, la mine d'être malades. » Il attribue leur mort au mauvais air, et, ajoute qu'il y avait peu de navires dont les équipages ne s'en ressentissent ( 2 ) . En 1 6 9 7 , l'escadre de l'amiral Nevil ayant parcouru les Indes occidentales et abordé successivement à Antigue, Saint-Thomas, Porto-Rico, Carthagène et Saint-Domingue, une maladie se repan-

(1) L e d i a r d , t. 3 , p. 185. (2) Froger, Relation d'un voy. de la mer du S u d ; Amsterdam , 1715 ; in-12.

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement