Page 57

DE

LA

F I È V R E

J A U N E .

39

fléau qui portait alors cette dénomination , n'était point la véritable peste du Levant, qui n'a pu cesser d'être écartée des Indes occidentales, puisque les pays qu'elle ravage n'ont jamais eu de communications avec les colonies d'Amérique. Les établissemens européens dans le Nouveau Monde, n'ayant de commerce qu'avec leur métropole , il eût fallu qu'ils en reçussent l'infection. Or, ce danger n'a pu exister qu'en 1 7 2 0 , lors des désastres de la Provence ou lors des deux pestes de Londres en 1606 et 1665; et il est incontestablement établi, que deux siècles, ou tout au moins cent quarante ans avant ces époques, la fièvre jaune était répandue dans toutes les Indes occidentales. Ces considérations décisives rendent presque superflu de remarquer qu'on ne fait usage aux Antilles d'aucune des marchandises de l'Orient susceptibles d'importer les germes de la peste ; et que telle est la longueur du trajet nécessaire pour arriver dans ces îles , que long-temps avant que d'y aborder, tous les hommes atteints d'une contagion si promptement mortelle, auraient succombé certainement à ses effets. Mais pour éloigner l'idée que ce fut la peste et non la fièvre jaune, qui attaqua les Espagnols à SaintDomingue , il suffit de se rappeler les principaux caractères de ces deux maladies, et de les confronter avec ceux de la contagion dont furent atteints les compagnons de Christophe Colomb. Si parmi les symptômes qu'a indiqués le fils de ce grand navigateur,

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag