Page 372

354

RÉSULTATS,

hôpitaux ne s'éleva pas à la moitié de celui des perles de l'année. En 1800 et 1 8 0 4 , il périt à-peu-près le quart des malades. En 1 8 0 5 , le nombre de ceux qui succombèrent n'excéda pas le 9e. ; et en 1 8 0 6 , il fut seulement du 10 e ce qui prouve que lorsque la fièvre jaune et les dysenteries qui la suivent, ne régnent pas dans les Antilles, les maladies chroniques et aiguës endémiques de ces îles n'ont pas de suites plus funestes que celles de nos climats. 6.° En considérant les hôpitaux séparément et en prenant en niasse leurs malades , sans distinction des soldais appartenans aux différens corps de la garnison , et des marins provenans des bâtimens de guerre, on trouve qu'au Fort-Royal, depuis le mois de juillet 1 8 0 3 , jusqu'au mois de juin 1804 , il entra à l'hôpilal de cette ville 2,462 hommes; il en sortit 1 , 7 6 6 , et il en mourut 546. Le plus grand nombre des malades fut de 2,143 , et 16 moindre nombre de 1,646. 7 . A la fin de l'année, il restait 150 malades à l'hôpital ; les trois quarts de ceux qui y étaient entrés en étaient sortis guéris ou convalescens ; l'autre quart y avait péri, on plus exactement la perte avait été de trois malades sur dix. 0

8.° La plus grande mortalité eut lieu dans les mois d'août et de septembre ; elle excéda alors la moitié du nombre des malades ; elle fut du tiers pendant juillet, novembre et décembre ; son moindre terme

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag