Page 37

DE

LA

FIÈVRE

J A U N E .

19

tion des Espagnols, attendu que par le défaut de soins des capitaines de navires, il y avait eu beaucoup de vivres perdus, et que même ceux bien conservés pendant la traversée, ne pouvaient se garder longtemps dans le pays, h cause de l'excès de la chaleur et de l'humidité. Or la maladie, qui avait paru touta-coup à Isabelle, régnait long-temps auparavant ; et elle ne provenait point, comme on l'a dit, de la famine, puisqu'elle en avait devancé les premiers commencemens. Lorsqu'elle attaqua les Castillans , il ne s'était guères écoulé que deux mois depuis leur débarquement; et certainement la disette n'avait encore pu les atteindre, après un laps de temps aussi court ; mais dans l'impuissance de découvrir les véritables causes de la mortalité publique, on l'attribua alors , comme on l'a toujours fait depuis, à toutes les circonstances qui ont une influence nuisible, quelle qu'elle puisse être. C'est ainsi que Herréra dit que la maladie provint de la fatigue des travaux qu'exigeait la construction des édifices d'Isabelle ; et qu'il lui assigne en même temps pour causes : la grande différence entre l'air de Saint-Domingue et celui de l'Espagne, les regrets que fait naître l'éloignement de la patrie , les délusions de l'avarice et de l'ambition, le défaut de médicamens propices, l'usage inaccoutumé du manioc , et enfin la famine. On a déjà vu que la maladie ne fut point produite par cette dernière cause, puisque son irruption en précéda l'existence. Les travaux pénibles ne la pro2..

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag