Page 304

286

DE

LA

FIÈVRE

JAUNE.

nient de quarante-quatre canons et de deux cents hommes d'équipage. Le Père Labat, qui était sur cette flotte, rapporte que, lors de son arrivée à la Martinique, la lièvre jaune y faisait d'affreux ravages ( 1 ) , et il est évident, par les symptômes qu'il signale , que la saison froide ne l'avait point empêchée d'atteindre son maximum de malignité. La coïncidence de l'époque de cette irruption, du retour de la flotte à Rochefort, et de l'apparition dans cette ville d'une contagion dont les caractères étaient exactement semblables à ceux de la contagion, qui régnait dans le lieu d'où venaient les navires, donne de puissans motifs de croire que ce fut de la Martinique que la fièvre jaune fut importée à Rochefort. Nous avons vu, dans vingt endroits de cet ouvrage, que c'est ainsi que les irruptions de la fièvre jaune , aux États-Unis , coïncident d'époque avec celles des Antilles ; que cette maladie ne ravage Cadix que consécutivement a son apparition à la Havane ; et enfin, qu'elle ne s'introduit à Gibraltar que lorsqu'elle règne dans les provinces espagnoles qui communiquent avec celte ville. On ne citera l'exemple suivant de cette coïncidence qui ne peut être l'effet du hasard, que parce que le fait remarquable, qu'il présente, est totalement inconnu en France. L'Espagne possède encore sur la côte de la Bar(1) L a b a t , Nouveau Voyage rique , t. 1 , p. 66 et suiv.

aux Iles françaises

d'Amé-

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement