Page 285

DE

LA F I È V R E

JAUNE.

267

La température estivale de cette ville s'élevant du 23.e au 29.e degrés centésimaux, offre sans doute une chaleur suffisante pour rendre possible la transmission de la maladie; mais cette condition n'a d'effets que lorsqu'elle est jointe à celle de l'humidité pélagique, qui ne peut exister ici par le grand éloignement des côtes, et qui, dans les provinces maritimes soumises à l'infection , ne trouve point de fleuves dont les eaux puissent lui servir de conducteurs. A celte influence négative, on doit joindre sans doute celle de l'élévation de Madrid à 6o5 mètres au-dessus du niveau de la mer ; car il faut admettre qu'indépendamment de l'effet produit par l'abaissement de la chaleur de l'air, sa raréfaction en exerce un autre contraire à la propagation de la contagion ; et ceci paraît encore plus probable , quand on considère l'analogie de ses phénomènes et ceux de la fermentation putride. La configuration géologique de la péninsule doit ajouter beaucoup à la puissance de cet obstacle, et les grandes chaînes de montagnes qui la traversent et la divisent en d'immenses gradins, sont comme des remparts qui la défendent contre l'invasion de la fièvre jaune de l'Andalousie. Toutefois ces causes ne sont pas les seules à produire la lenteur que celte contagion met à se répandre en Espagne, depuis trois siècles ; il y a tout lieu de présumer que son développement partiel dans ce royaume, résulte des circonstances polititiques et commerciales qui bornent son importation à des provinces naturellement sé-

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement