Page 265

DE

LA

FIÈVRE

JAUNE.

247

plus ces forces vitales agissent faiblement, et moins il y a de danger de contracter la fièvre jaune ; tandis qu'au contraire , ce danger s'augmente dans la proportion de l'accroissement d'énergie de ces mêmes forces. C'est par cette observation importante que s'explique comment des Européens exposés à tous les effets de la fièvre jaune , sont préservés de cette contagion par cela seul, qu'en abordant aux Antilles, ils ont été attaqués et rapidement affaiblis par la fièvre intermittente. C'est encore ainsi que s'explique comment, parmi les Européens affligés d'un tempérament scrophuleux ou leucophlegmatique , il n'en est aucun qui succombe à la lièvre jaune; et comment ils jouissent de la même immunité que les races africaines. Enfin, cette observation nous révèle pourquoi un individu n'est point acclimaté tant qu'il conserve le teint, la fraîcheur et la carnation de l'Europe; et pourquoi il ne peut braver impunément la fièvre jaune que lorsque sa peau est décolorée et que l'atonie a succédé à la vigueur des forces vitales. Elle nous apprend que si le principe morbifique n'exerce alors , par son contact, aucune action grave et pernicieuse , c'est parce que le défaut d'une force contractile suffisante pour l'introduire dans les vaisseaux lymphatiques , le laisse latent à la surface du corps , où il ne peut produire tout au plus qu'un effet local et borné.

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag