Page 256

238

DE LA FIÈVRE JAUNE.

occulte qui produise cette différence , qu'on l'a retrouvée partout où l'on s'est donné la peine de l'observer ; ce qui prouve qu'elle résulte, non de quelque circonstance locale ou temporaire, mais bien des lois générales de la distribution du calorique dans les différentes régions de l'atmosphère, comme dans les diverses contrées du globe. On sait, par l'observation de M. de Humboldt, que sur les côtes de la Véra-Crux, la limite supérieure de la fièvre jaune est à neuf cent vingt-huit mètres au dessus du niveau de la mer ; mais nous apprenons aussi, par ce savant physicien , qu'à cette hauteur la température moyenne du Mexique n'excède pas celle de l'île de Madère, quant à l'indication thermométrique ; et il y a lieu de croire qu'elle est beaucoup plus basse. quant à son action sur le corps humain , lorsqu'on considère les effets produits par la ventilation de ces hautes régions et la raréfaction de leur atmosphère. Autant il est erroné de dire que la chaleur et l'humidité sont les causes productrices de la fièvre jaune, et qu'elles peuvent la faire naître spontanément, autant il est certain qu'elles en sont les conditions de développement; ce sont leurs différens termes qui en fixent les limites, comme ils déterminent celles de la végétation des plantes , et renferment leurs espèces dans des zônes dont les bornes sont tracées par les latitudes et par la hauteur verticale du sol: Cette analogie est si grande, qu'il en est exactement de la

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement