Page 253

DE

LA FIÈVRE JAUNE.

235.

maladie, dans les couches inférieures de l'air et dans les bornes de l'atmosphère maritime, n'appartient point à d'autres causes que les deux conditions de développement , que j'ai énoncées les premières, savoir : la chaleur et l'humidité. C'est parce que la température décroît avec l'élévation des lieux au-dessus du niveau de la mer, que la fièvre jaune ne trouve plus dans la haute région de l'atmosphère, la condition nécessaire à sa transmission, par contagion ou infection. C'est par le défaut de cette condition qu'elle cesse d'avoir une apparence épidémique , et qu'elle se borne à l'individu qui l'a contractée dans l'étendue de la région inférieure où elle est dans toute sa puissance. C'est parce que l'humidité atmosphérique diminue en raison de l'éloignement du rivage de la mer, que le principe morbide de la maladie est atténué dans sa force, et ralenti dans son activité à mesure qu'il s'avance , par son importation, vers les parties intérieures des contrées. Les circonstances topographiques qui étendent l'atmosphère maritime au-delà du littoral de l'Océan , étendent pareillement la fièvre jaune dans l'intérieur des terres ; et plusieurs exemples prouvent que lorsqu'elle y pénètre dans ses invasions, c'est en suivant le cours des fleuves , où les eaux de la mer remontent journellement,'et entretiennent une humidité semblable à celle des côtes. Ainsi, la fièvre jaune a pénétré en 1798 , dans l'intérieur de la Virginie , jusqu'à Alexan-

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement