Page 223

DE LA FIÈVRE JAUNE.

205

parallèles, c'est que les navires des Antilles n'y abordent jamais; s'il a paru,en 1 8 1 1 , aux Canaries, c'est qu'à leur retour, ces navires trouvent ces îles sur leur chemin , et que les besoins de la navigation les obligent quelquefois à y relâcher. Tout au contraire, l'Ile-de-France, qui, située dans la mer orientale d'Afrique , ne recevoit, quand elle était au nombre de nos colonies, aucun bâtiment des Indes occidentales, n'avait jamais compté, jusqu'à ce moment, la fièvre jaune parmi les maladies de son climat, nonobstant sa chaleur cl son humidité, ainsi que les exhalaisons de ses marais dont les palétuviers ne diffèrent en rien de ceux des Antilles. Il n'y donc aucun fondement à soutenir que la fièvre jaune est endémique des pays où elle n'a été observée que dans des temps modernes; et tout concourt à prouver qu'elle y a été introduite par leurs communications avec les Antilles, et conséquent ment par contagion. Dans l'objet sans doute de prévenir cette conséquence , on a dit que l'importation de la maladie et sa transmission avaient eu lieu, non par cette voie, mais bien par celle de l'infection , c'est-à-dire, par l'existence à bord de quelques navires, de miasmes, d'effluves ou de particules infectantes, constituant le germe de la fièvre jaune. Cette assertion suppose toujours que ces agens sont produits par des causes générales et permanentes , telles que le climat et les localités , ce que j'ai prouvé être une hypothèse

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement