Page 189

DE

LA

FIÈVRE

JAUNE.

171

Gage ( 1 ) , redoutant sans cesse d'être attaqués par les Caraïbes , n'avaient avec eux que peu ou point de communications ; et leurs relâches étaient semblables à celles de nos navigateurs à la Nouvelle-Zélande. Les Français au contraire, familiarisés avec les Indigènes , s'établirent au milieu de leur population ; ils fréquentaient journellement leurs carbets , et lorsqu'à la suite de ces relations multipliées , la fièvre jaune commença à exercer ses ravages, il était d'autant plus évident qu'elle avait son origine dans les Communications des colons avec les aborigènes, que cette maladie n'était point nouvelle pour ceux-ci ; qu'ils la connaissaient très-bien , et qu'ils avaient dans leur langue des expressions employées spécialement pour la désigner. On ne peut douter que les communications entre les colons et les caraïbes ne fussent telles, qu'il pût en résulter la propagation d'une maladie contagieuse, puisqu'elles firent naître parmi ces derniers la petite-vérole qui leur était inconnue, et qu'elles répandirent la syphilis parmi les Européens. Si l'on s'étonnait qu'une réunion de circonstances aussi concluantes, ait laissé méconnaître aux premiers colons des Antilles Espagnoles et Françaises , que la fièvre jaune avait sa cause immédiate dans leurs communications avec les aborigènes, et

( l ) Herréra , l i b .

10,

cap. 10 et l 3 . — O v i é d o , lib. 7 ,

13 — T h o m a s G a g e , t. 1, p . 36.

cap

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement