Page 161

DE LA

F I È V R E

JAUNE

143

neste dans cette ville en novembre, que dans les mois précédens, et elle se prolongea jusqu'en décembre, malgré l'abaissement considérable de la température, et contradictoirement à l'assertion du savant docteur Blanc, qui a cru qu'elle cessait d'exister quand le thermomètre était au-dessous du 26°. 1/2 centésimal, — 2 1 . R. (1) Si ce n'était assez du témoignage de ces faits, voici encore celui de deux médecins qui avaient vu la fièvre jaune à des époques et dans des lieux différ e u s , e l q u i n'établissaient point leur jugement sur une seule irruption de cette maladie, mais bien sur la t r i s t e expérience des désastres les plus prolongés et les plus funestes qu'elle ait produits à la Barbade et à Charleston. » L'observation la plus exacte de l'état du temps et de la variation des saisons , dit William Hillary , dans son traité sur les maladies de la Barbade ( 2 ) , ne m'a point indiqué que la fièvre jaune soit soumise à leur influence. Pendant plusieurs années, j'ai vu celle maladie à toutes les époques et dans toutes les saisons les plus froides, comme les plus chaudes ; j'ai seulement remarqué que ses symptômes sont plus graves pendant la grande chaleur, sur-tout si elle est précédée d'un temps humide. 0

(1) Letter ou the yellow fever to Baron Jacoby, by the docteur Blane, etc. (2) Hillary ( W i l l i a m ) , Treatise on the diseases in Barbadoes, London, 1766, in-8.°

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement