Page 147

DE

LA

FIÈVRE

JAUNE.

129

quatre heures ; et deux le 11.e jour : mais, dans presque tous les cas, la maladie se prolongea jusqu'au l 4 et au 21e. Beaucoup d'hommes échappèrent à la mort; et au mois d'avril 1815 , sur quatre individus ayant éprouvé ensemble les symptômes de la fièvre jaune, y compris l'effusion d'ictère, il n'y en eut qu'un seul qui succomba. Néanmoins à cette époque, la température s'élevait au 33°. degré centésimal à l'ombre , et au-delà du 43 . au soleil ; les deux mois précédens n'avaient offert qu'une légère différence dans ce maximum de la chaleur ; et on peut se l'aire une idée de l'humidité atmosphérique , en apprenant que dans ces quatre premiers mois de l'année, il y eut quatre-vingts jours pluvieux. Dans la première moitié de cette période, le nombre des malades dans les hôpitaux , fut à l'effectif des troupes comme 1 est à 1 0 , et la perle fut dans la proportion d'un à 150. Dans les deux derniers mois, il y eut une mortalité de 5 à 6 hommes sur 100 malades. A la Guadeloupe, oh l'on avait masqué la fièvre jaune sous le nom de fièvre des Européens , son irruption fut également bénigne, et il ne succomba, comme à la Martinique, qu'un très-petit nombre d'individus. Dans toutes les irruptions dont j'ai été témoin , le nombre et la diversité des moyens curatifs auxquels on avait recours , ne manifestaient que trop leur inutilité. e

e

9

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement