Page 146

128

DE L A

FIÈVRE

JAUNE.

non-acclimatés, de leur jeune âge, d'un régime contraire, de l'influence des affections tristes, de logemens insalubres, de la privation des objets de casernement les plus indispensables , et du mépris des précautions hygiéniques les plus nécessaires, ne purent donner à la lièvre jaune un caractère contagieux. Un corps de douze cents hommes, formé de conscrits réfractaires , c'est-à-dire de soldats âgés seulement de 20 ans, et préoccupés sans cesse du regret de leurs foyers, fut débarqué à la Martinique au mois de décembre, et se trouva soumis aussitôt à l'action de toutes les causes qui font naître celle terrible maladie cl la propagent avec violence. On la vit paraître en effet; mais, malgré la persistance et le concours des circonstances qui devaient en exalter le principe, elle ne cessa point d'être sporadique, bornée à quelques individus, et même le plus souvent à quelques-uns de ses symptômes principaux. Il arriva fréquemment, dans cette irruption, que l'effusion ictérique n'eut pas lieu pendant la maladie, et qu'elle ne se déclara qu'après la mort, Il en fut ainsi du vomissement noir , dont la matière se trouva dans l'estomac de plusieurs cadavres, et sembla no s'être formée qu'au dernier instant de la vie. Il y eut en général une lenteur extraordinaire dans la succession des caractères de la maladie; et il fut possible de distinguer ses différentes périodes, ce qu'on ne pouvait faire aucunement dans les invasions précédentes, Un seul soldat périt au bout do vingt-

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement