Page 124

106

DE

LA

F I È V R E

J A U N E .

que le célèbre Chirac fit sans plus de succès l'ouverture de cinq cents cadavres dans l'irruption de cette maladie à Rochefort, à la fin du dix-septième siècle. Aux Antilles, en 1802 , il arrivait très-souvent que dès l'invasion , le malade tombait dans l'état comateux ou dans le délire , et que rien ne pouvait changer l'ordre des phénomènes de l'un ou de l'autre cas. Dans le premier, il y avait une somnolence continuelle , une stupeur profonde ; dans le second, inquiétude, mal-aise moral, inflammation du visage, égarement des yeux, agitation excessive, délire poussé jusqu'à la rage ; une énergie extraordinaire était produite dans le malade par ce principe inconnu, qui dans le même moment lui arrachait la vie, ou bien toutes ses facultés étaient enchaînées ou détruites, et il ne cessait point de sommeiller, si ce n'était pour mourir. La marche de ces symptômes était toujours rapide , elle était fréquemment irrégulière ; l'effusion ictérique et le vomissement noir qui caractérisent le plus spécialement la maladie , n'étaient point inséparables l'un de l'autre, cependant il n'y eut presque point d'exemples que le vomissement eût lieu , sans que le changement de couleur de la peau ne se fût déjà manifesté. Il ne se présenta aucun exemple de l'effusion du sang par les pores ; les hémorrhagies avaient pour issues le nez ou l'anus ; dans le premier cas elles furent

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement