Page 107

DE

LA

F I E V R E

J A U N E .

89

ger le pouvoir de la plus redoutable des calamités du Nouveau-Monde. Cette irruption de la fièvre jaune fut l'une des principales causes de la perle de Saint-Domingue ; à la Guadeloupe, elle augmenta les horreurs de la guerre civile ; et ses ravages eussent livré la Martinique à l'ennemi, si la terreur qu'elle inspirait n'avait tenu lieu des troupes qu'elle avait fait périr. Ce fut principalement dans la dernière de ces îles , que je fus témoin du développement de cette irrup tion ; et pour en tracer le tableau, je crois devoir conserver presque littéralement les expressions de mon Journal d'observations : parce qu'ayant été dictées par l'impression que produisait sur moi la présence des évènemens , elles les peindront avec plus de vérité que si j'essayais de les changer pour mieux faire. Par une fatalité dont les exemples ne sont que trop multipliés , ce fut à l'époque la plus dangereuse de l'année, à l'équinoxe de septembre 1 8 0 2 , que l'escadre chargée de la reprise de possession de la Martinique, jeta l'encre dans la baie du fort Royal. La chaleur était étouffante , sur-tout lorsque les Vents souillaient du Sud, ce qui arrive fréquemment dans la saison orageuse de l'hivernage. Pendant le jour, le thermomètre était souvent stationnaire à l'ombre au 35.e degré centésimal, et il s'élevait au soleil jusqu'au 55. L'évaporation de l'Atlantique formait sans cesse de nouveaux nuages qui versaient e

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement