Page 103

DE

LA

FIÈVRE

JAUNE.

85

l'air, fondée sur quelques expériences endiométriques qui nécessitaient des connaissances plus étendues et plus parfaites. Il fournit lui-même des preuves contre son assertion , en avouant que la maladie gagna, d'une île à l'autre, toutes les parties de l'Archipel, par une progression telle que le comportait son introduction, par les communications commerciales. D'après son propre témoignage, le premier individu qui en fut atteint à la Dominique , fut un matelot anglais nouvellement arrivé ; et dans ses premiers progrès , la maladie n'attaqua point les habitans de l'île , ainsi qu'il en eût été nécessairement si elle fût née d'une cause locale ou climatérique ; mais elle frappa les équipages des navires mouillés dans la rade , et qui, selon toute apparence , l'avaient importée des colonies voisines. Quoique concentrée à la Dominique, dans une population fort peu nombreuse, la fièvre jaune s'y propagea avec une telle violence, que l'abaissement de la température ne put arrêter ses effets pendant les mois de décembre et de janvier ; et qu'elle les étendit jusqu'à l'automne de 1 7 9 5 . Ce ne fut que vers la fin de cette année qu'elle cessa entièrement au Roseau. Le docteur Clarke atteste qu'en 1796 , toute la Dominique n'en offrit pas un seul exemple , et plusieurs autres îles qui avaient également éprouvé ses ravages pendant deux ans, la virent aussi disparaître. Mais néanmoins, dans cette irruption, un si grand

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Monographie historique et médicale de la fièvre jaune des Antilles  

Auteur : Alexandre Moreau de Jonnés / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Universi...

Profile for scduag
Advertisement