Page 388

382

PRÉCIS DE L'HISTOIRE

subordonné celui d'Anne, qui n'avait été déclarée impératrice qu'au mépris du testament de Catherine et au préjudice d'Elisabeth. Il n'y a point de milieu, il faut prendre la loi de Pierre I dans toute son étendue, et déclarer que les grands ne pouvaient pas procéder à l'élection d'Anne, ou reconnaître la nullité de cette loi, et alors il n'y a plus de droit pour personne que celui du plus fort. D'ailleurs si dans l'élection de la duchesse de Courlandel'aristocratie eût si fort tenu aux principes, ce n'était pas la duchesse de Courlande qu'il fallait appeler au trône, mais la fille aînée d'Ivan I . Affermie sur le trône, Elisabeth cassa tout ce qui s'était fait sous le règne précédent; le conseil du cabinet établi par l'impératrice Anne fut aboli, et le sénat reprit le pouvoir qu'il avait eu du temps de Pierre I , effet trop ordinaire des ré volutions. L'impératrice songea ensuite à se nommer un successeur ; son choix tomba sur son neveu , fils de la duchesse de Holstein, qu'elle fit élever dans la religion grecque, et déclara grand duc de Russie ; ce fut Pierre III sur le trône. Si l'on en croit Lévesque, le règne d'Elisabeth doit compter parmi ceux que l'histoire flétrit du reproche de tyrannie.; selon lui, « tous ses sujets vivaient dans la crainte et la défiance; les amis ne s'entretenaient qu'en tremblant; ils ignoraient si les effusions de leurs cœurs ne seraient pas des crimes d'état. Quand l'impératrice était indisposée, on n'osait pas demander tout haut de ses nouvelles. » Ce jugement est à coup sûr trop sévère et l'on ne reconnaîtrait pas là lerègne d'une princesse qui abolit l'usage de la peine de mort, qui fit revivre en Russie les sciences et les arts, négligés depuis Pierre-le-Grand. Les deux choses dont l'historien doit le plus se défier ce sont les écarts de son.imagination et l'envie de présenter un tableau dramatique. Pierre III monta sur le trône, où il ne fit que passer. Avec une éducation négligée et des inclinations déréglées, ses manières le firent bientôt haïr de ses sujets, aux yeux desquels il s'avilissait par ses débauches. er

er

er

Collection des constitutions, chartes et lois fondamentales des peuples de l'Europe...Tome III  

Auteur : Dufau, Pierre-Armand / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Collection des constitutions, chartes et lois fondamentales des peuples de l'Europe...Tome III  

Auteur : Dufau, Pierre-Armand / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des...

Profile for scduag
Advertisement