Page 56

5o DEPORTATION multipliées. A l'entrée de la cour, il y en s deux en forme de guichet, qu'on ne passe qu'en se courbant. Il y en a une à l'entrée de la tour, une à l'entrée de l'escalier , une dans l'escalier à la séparation de chaque étage ; une à chaque étage à l'entrée des corridors qui entourent les appartemens ; une enfin à l'entrée de chaque appartement. Le nombre des guichetiers était considérable ; et pour dernière précaution , il y avait un corps-degarde dans la cour, et des sentinelles à tous les coins. Les officiers et les soldats avaient ordre de ne point nous parler : ils exécutaient fidellement cette consigne. Je fus bientôt instruit du régime de la maison. Comme prisonnier d'état, je devais être traité en prisonnier d'état, c'est-à-dire avec les égards qu'on a, chez toutes les nations policées , pour les prisonniers de cette classe. J'imaginais qu'un représentant de la nation française aurait le même traitement qu'un commodore anglais, qu'un ambassadeur de Portugal, et je ne me trompai pas. Nous étions tous sous le niveau de l égalité. Le gouvernement faisait donner, à chacun de nous, un lit desangle, sur lequel était un matelas de deux pouces d'épaisseur, deux draps de

Déportation et naufrage de J.-J. Aymé, ex-législateur, suivis du tableau de vie et de mort...  

Auteur : Aymé, Jean-Jacques / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Déportation et naufrage de J.-J. Aymé, ex-législateur, suivis du tableau de vie et de mort...  

Auteur : Aymé, Jean-Jacques / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Profile for scduag
Advertisement