Page 212

20 6

DEPORTATION

baïonnette au bout du fusil, on sent tout ce que l'on doit souffrir. Voici ce qu'écrivait Barbé-Marbois à sa femme à ce sujet : « Sur a un bruit mal-fondé et vraiment ridicule, que « les Anglais allaient venir à Sinamary_, "j'ai été u conduit maladeàCayenne parla force armée, « gardé à vue par un caporal et quatre fusi« liers. Je m'y suis traîné douloureusement à « travers les sables, tantôt percé par la pluie, « tantôt brûlé par le soleil : j'ai cru expirer ; « mais les soins qu'on a pris de moi à l'hôpital « m'ont un peu rétabli. » Barbé-Marbois et Lafond-Ladebats'étaient conformés à l'ordre de Jeannetpour éviter le dépôt de Conanama ; ils avaient fait ce qu'on appelle des établissemens. On peut juger , par la lettre de cachet de Burncl qui les faisait transporter à Sinamary, combien ces établissemens étoient respectés , et combien , quand même il y aurait eu possibilité pour les déportés, de se livrer à la culture ou au commerce , il y aurait eu de la folie à l'entreprendre sous un tel despotisme. C'est donc bien dérisoirement qu'on leur en accordait la faculté, et l'on peut juger par ce seul trait, qui s'est depuis répété, quelle était à la Guyane la solidité de ces établissemens

Déportation et naufrage de J.-J. Aymé, ex-législateur, suivis du tableau de vie et de mort...  

Auteur : Aymé, Jean-Jacques / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Déportation et naufrage de J.-J. Aymé, ex-législateur, suivis du tableau de vie et de mort...  

Auteur : Aymé, Jean-Jacques / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Profile for scduag
Advertisement