Page 173

if>7 ET NAUFRAGE. en la détrempant, et je finis par m'y accoutumer. Je meprocurai facilement du riz, qui est très-abondant à Cayenne. Le poisson y est commun et de bonne qualité ; ce fut aussi une de mes ressources. Enfin, quelques fruits du pays terminèrent la carte de mes repas. Quant à la boisson, j'avais apporté quelques bouteilles de vin, je m'étais procuré quelques bouteilles de taffia qui est l'eau-de-vie de sucre. J'en usais sobrement, mais j'en usais pourtant , parce que dans un pays ou tout tend au relâchement , il est indispensable de prendre quelque chose qui fortifie. Mais , dira-t-on, est-ce qu'il n'y a ni viande de boucherie, ni laitage, ni basse-cour, ni gibier , ni jardin dans ce pays ? et libre comme vous l'étiez , ayant de l'argent comme vous en aviez , pourquoi ne pas vous donner ces douceurs ? Avant la révolution , la viande de boucherie, le laitage, la volaille y étaient assez communs ; aujourd'hui ils y sont devenus très-rares. Tous ces objets exigent des soins assidus, que l'on n'obtient plus des nègres, depuis qu'ils jouissent de leur liberté. D'une part, dans leur première effervescence , lorsqu'on la leur donna , ils firent main-basse sur le bétail, et eu diminuèrentconsidérablement L 4

Déportation et naufrage de J.-J. Aymé, ex-législateur, suivis du tableau de vie et de mort...  

Auteur : Aymé, Jean-Jacques / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Déportation et naufrage de J.-J. Aymé, ex-législateur, suivis du tableau de vie et de mort...  

Auteur : Aymé, Jean-Jacques / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Profile for scduag
Advertisement