Page 164

DEPORTATION nent que par des bras de mer ou des rivières de la grandeur moyenne de nos fleuves. Ces rivières servent, presque par-tout, de voies de communication pour se rendre sur les habitations, et pour aller des unes aux autres ; ce sont les grands chemins du pays. Je m'embarquai dans un canot avec Bertollon. Nous étions conduits, par des nègres , à la pagaye ; c'est une rame dont la forme ressemble beaucoup à une pelle de bois : ils s'en servent trèsadroitement , en mesure, et presque toujours en chantant. Nous arrivâmes,en trois heures, à l'habitation, distante de Cayenne d'environ quatre lieues : elle est située sur la crique Cavalet, qui donne dans la rivière des Cascades, et s'appelle la Solitaire. 11 eût été difficile de la mieux nommer. En débarquant, je m'aperçus que Bertollon s'était servi d'une juste expression, en me disant que son habitation était peu de chose. Je vis au milieu de bois immenses , une réunion d'une dixaine de cases à nègres , prédominées par une case un peu plus apparente. Celle-ci était composée de trois pièces; le tout était couvert en feuilles, formé avec des pièces de bois non équarries , garni de lattes transversales , dont les intervalles étaient i58

Déportation et naufrage de J.-J. Aymé, ex-législateur, suivis du tableau de vie et de mort...  

Auteur : Aymé, Jean-Jacques / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Déportation et naufrage de J.-J. Aymé, ex-législateur, suivis du tableau de vie et de mort...  

Auteur : Aymé, Jean-Jacques / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Profile for scduag
Advertisement