Page 152

DEPORTATION le plus grand dénuement. Je conviens qu'il leur fournissait des vivres , mais quels vivres! c'était, en général, de la viande salée, et l'on comprend bien que tout ce qu'il y avait de plus mauvais leur était distribué. Il n'est pas vrai que l'agent nous ait fait remettre des fusils , du plomb, de la poudre et autres instrumens nécessaires , soit pour chasser , soit pour pécher. Il y a eu quelque semblable distribution faite auxseize premiers déportés sur leur reçu , pour en imputer la valeur sur leurs biens séquestrés ; mais quant à tous ceux qui sont venus depuis , il ne leur a été distribué ni armes , ni munitions, ni Instrumens aratoires quelconques. Et comment croire que Jeannet eût fait armer des hommes qu'il regardait comme extrêmement dangereux, et qui, suivant lui, pouvaient non-seulement intriguer, soit pour l'étranger, soit pour eux-mêmes , contre l'ordre public , mais de plus compromettre fortement la sûreté des personnes et des propriétés. Il n'est pas vrai qu'on eût mis des Indiens, auxquels on accordait la ration , à la disposition des déportés, ou du moins ceci exige encore des distinctions. Je crois qu'on en accorda d'abord aux premiers déportés , 110

Déportation et naufrage de J.-J. Aymé, ex-législateur, suivis du tableau de vie et de mort...  

Auteur : Aymé, Jean-Jacques / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Déportation et naufrage de J.-J. Aymé, ex-législateur, suivis du tableau de vie et de mort...  

Auteur : Aymé, Jean-Jacques / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des An...

Profile for scduag
Advertisement