Page 98

(94) éprouva des pertes considérables : tous les mulets et les bestiaux périssaient; elle n'avait pas un seul mouton, pas une seule volaille; il lui était devenu impossible d'en élever. Elle ne savait à quoi attribuer ces malheurs; le soupçon du crime ne pouvait entrer dans son esprit; son bon cœur s'y opposait. Elle repoussait avec horreur les rapports de son économe , qui lui assurait que c'était l'effet du poison. Le mal augmentait d'une manière effrayante, sa ruine était inévitable. Les quatre jeunes enfants du commandeur moururent en peu de jours. Il eut l'air, ainsi que sa femme, de les pleurer sincèrement. Madame Flaméau, plus sensible aux peines des autres qu'aux siennes propres, employa tous ses efforts pour les consoler. Le nombre des nègres diminuait sensiblement,

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Profile for scduag
Advertisement