Page 95

(91) près de 150 nègres, des deux sexes et de tout âge, et elle leur dit : « Mes » amis ; je suis la veuve infortunée » de votre respectable maître; voici » ses deux enfants; nous venons vivre » au milieu de vous. Travaillez avec » zèle à réparer les pertes de notre » fortune, et je m'occuperai sans re» lâche , je vous le promets, du soin » de rendre votre sort heureux. Ses esclaves lui jurèrent qu'elle serait satisfaite de leur travail, de leur fidélité et de leur attachement. Madame Flaméuu crut à leurs promesses, et elle les en remercia. Etrangère à la manière de conduire les nègres, elle craignait toujours qu'on eût à lui reprocher l'excès de leur travail ; elle empêchait son économe de châtier ceux qui auraient dû l'être. Dès qu'ils se disaient malades, elle les croyait sur leur parole, et allait

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Profile for scduag
Advertisement