Page 87

(83) plus à moi, je me n'étais je complet; croyais transporté dans le temple où la nature s'occupe sans relâche du bonheur des mortels !... Mais, quoi ! j'entends la voix d'un enfant. « Ah! » maman, voici un Monsieur! » La mère lui répond : « Mon fils, c'est » sans doute un ami de la nature ; » l'innocence et la vertu ne doivent « pas redouter sa présence. — Ma» dame, m'écriai-je, m'est-il permis » d'approcher? — Monsieur, vous le » pouvez. — Oui, Monsieur, venez, » venez; maman l'a dit. » Je vis une femme de quarante ans tout au plus, encore belle, et qui annonçait avoir été charmante. Elle faisait baigner son enfant dans le bassin qui recevait la chute d'eau. Je reconnus dans les traits de cette tendre mère une teinte de mélancolie qui pénétra jusqu'à mon âme; ses

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Profile for scduag
Advertisement