Page 85

(81) parsemée de fleurs du jaune le plus éclatant. Si je mettais le pied sur une des branches de la pudique sensitive, aussitôt, comme par un effet magique, la plante entière, qui couvrait la terre de ses feuilles du vert le plus doux , disparaissait à mes yeux : je ne voyais plus que des espèces de cordons, d'une couleur sombre, hérissés de pointes aiguës, prêtes à me punir de ma témérité : sa fleur se montrait cependant encore en petite houppe, ayant l'éclat du front d'une vierge qui rougit. Où trouver un emblême plus parfait de l'aimable pudeur? J'étais au milieu d'un cercle étroit de montagnes très-élevées. Si je baissais les yeux, ils sondaient la profondeur d'un effrayant précipice, que parcourait avec fracas un torrent rapide : si je les élevais, je ne pouvais apercevoir qu'une très-petite por4-

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Profile for scduag
Advertisement