Page 300

(22) garnies, dans toute leur longueur, de feuilles qu'on croirait être autant de rubans d'un vert foncé; du centre de ces branches , s'élève une aiguille, de quinze à vingt pieds, d'un vert tendre et qui semble vouloir défier les nuages.

,

C'est peu de charmer l'œil il faut parler au cœur.

DELILLE. J'ajouterai donc que bien vive est la jouissance qu'éprouve l'homme sensible qui conduit son épouse, la bien aimée de son coeur, avec les fortunés enfants de leur amour, jouer et se reposer à l'ombre des arbres qui avoisinent sa demeure ; il leur apprend ou leur rappelle les diverses époques où sa main les planta ; et ce fut toujours pour célébrer un évènement heureux, le retour d'un ancien ami, l'arrivée dans l'île d'un gouver-

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Profile for scduag
Advertisement